Manipulation des multinationales?

manipulation

Optical illusion Flipsided by flipside on DeviantArt.com

Illusion pour détourner l’attention

Regardez cette image, combien de points blancs et noirs voyez-vous?

Ne vous prenez pas la tête, c’est une illusion d’optique: où que vous regardiez, vous yeux essayeront de masquer la réalité. 🙂

Le trompe l’oeil a peut-être fonctionné cette fois-ci, mais maintenant vous savez.

Dans notre société, les trompe l’oeils pour détourner notre attention nous sont servis gratuitement sur un plateau d’argent entre autres lors de nos amplettes hebdomadaires, lors de nos trajets en train ou en voiture, à tous les coins de rue, plusieurs fois même durant notre film du samedi soir et aussi pendant nos émissions favorites. Je veux bien sûr parler de la publicité, mais pas seulement.

La publicité est un moyen de nous jeter de la poudre aux yeux et de manipulation pour au final continuer inexorablement de nous endoctriner au consumérisme et faire prospérer ainsi l’illusoire croissance économique éternelle. La publicité se base sur les études les plus récentes de psychologie du consommateur pour encore mieux nous attirer dans ses filets. Mais à y regarder de plus près, ce n’est pas tout.

Cercle vicieux

Quand je commence à travailler et gagner de l’argent, je peux enfin en dépenser pour des choses autres que mon minimum vital. Toutes ces choses qui me sont ressassées depuis que baigne dans la média-mania, je peux enfin y toucher!

Toutes? Non, bien sûr, ce serait tuer la poule dans l’oeuf. Il y a toujours mieux que ce que j’avais, toujours plus moderne que le bidule du collègue, toujours plus performant pour faire toujours plus de choses, toujours plus respectueux de l’environnement, toujours… Toujours? Non, bien entendu que non, mais pour l’instant, dans ce sujet, nous gardons ce postulat.

Donc, j’ai besoin de travailler beaucoup pour gagner plus et m’offrir encore plus. Conso-boulot-dodo!
Gardez cet exemple au chaud…

Flot d’information

Régulièrement, à côté du travail, je lis les magazines gratuits, je regarde mon journal télédiffusé, je lis mes nouvelles compilées à mon goût sur ma tablette, je survole les newsletters qui n’atterrissent pas dans mes pourriels, je suis avec avidité la dernière série télévisée tendance, je visionne les block busters à l’affiche avec mes amis. En d’autres mots, je reste à la page pour être au courant des gros et des petits bobos du monde, pour alimenter les conversations entre potes, pour ne rien rater de ce qui semble être si important pour des millions de gens…

Avec cet exemple-ci et celui que vous avez gardé au chaud toute à l’heure, mon planning est rempli. Il va encore plus se remplir si j’ai une famille et ce sera très probablement pour le mieux. (Pourquoi? Eh bien parce que quand on se retrouve face à des êtres humains, la chance est plus grande de vivre dans l’instant présent et de réellement communiquer.)

Perdus? Attendez, je développe…

Manipulation

Si l’on ne fait que consommer des produits physiques, des informations, des publicités, on finit par submerger notre cerveau qui n’aura plus le temps de faire autre chose lui non plus. On se lobotomise, on endort nos sens, on s’empoisonne à petites ou grandes doses, c’est selon, pour finir par croire que ce qu’on nous présente est la réalité. Manipulation! Nous sommes si absorbés par cette quantité toujours plus importante d’éléments que nous n’avons plus ni le temps, ni l’énergie d’accomplir quoi que ce soit d’autre. Manipulation!

Si à tout cela nous venons rajouter la nourriture transformée et dégradée par des processus industriels, les médicaments et alicaments avec leurs effets secondaires, les substances les plus hasardeuses qui composent les produits que nous utilisons dans notre quotidien et qui s’accumulent soit dans notre organisme soit dans notre environnement, la vague déferlante d’appareils technologiques qui génèrent toujours plus d’électro-smog et notre mode de vie stressé, j’aurais énormément de mal à expliquer à un visiteur extraterrestre qu’en fin de compte nous – les êtres humains – n’avons pas de tendance compulsive suicidaire…

Tout comme les industriels ont pendant longtemps refusé d’admettre que l’amiante était nocive en dissimulant les faits et en jouant la carte de la diversion, l’industrie et les entreprises bio-génético-chimiques font de même aujourd’hui et nous narguent de haut et prennent leur ton condescendant pour nous vanter les avantages des OGM pour contrer la fin dans le monde. De nouveau, on nous met les projecteurs sur la faim dans le monde quand la racine du problème est ailleurs! Manipulation!

La faim dans le monde est générée entre autre par ces mêmes groupes d’industriels qui pillent les ressources des pays en voie de développement et les rendent dépendants de leurs plantes à semences non fécondes et de leurs supers engrais toxiques. Manipulation!

Ah tiens, en passant, un autre exemple de tour de force réussi avec succès chez nous et en passe de se privatiser au niveau mondial: imaginez un instant notre beau pays avec ses glaciers, ses cours d’eau, ses lacs et pensez à l’eau qu’on nous vend en bouteille. Notre eau qui sort directement du robinet est, pour la plupart des lieux, soumise à des contrôles si stricts qu’elle est devenue d’une qualité irréprochable. Il a peut-être été un temps où il était préférable de boire de l’eau en bouteille (quoique), mais aujourd’hui il existe suffisamment de moyens pour éviter de devoir payer le prix fort pour une ressource qui doit être libre pour tout un chacun.

Le fait est que tant que nous nous attardons à toutes ces activités chronophages et superficielles, tant que nous ingurgitons sans retenue, tant que nous consommons de façon effrénée, nous ne faisons rien d’autre et nous sommes sujets à la manipulation! Et notre société a un urgent besoin que nous fassions quelque chose d’autre que de subir la manipulation. Il est vital de changer de cap pour remettre notre train de vie sur les rails, pour réapprendre à vivre au rythme qui est le nôtre: celui de la nature!

Le début du cercle vertueux

Cela n’est possible que si l’on se donne la peine de casser ce cercle vicieux, donc de refuser de suivre cette manipulation quotidienne comme par exemple celle du JT pour entendre une millième fois qu’Israël a bombardé la Palestine ou que le Dow Jones a perdu trois points…

Cela nous avance à quoi de suivre ces habitudes?
La qualité de notre vie en est-elle améliorée?
Nous sentons-nous plus sage ou plus érudit?
Les questions pourraient s’enchaîner à l’infini, mais les réponses ne se résument qu’à “Rien” et “Non”.

Alors, continuez votre vie comme bon vous semble, mais maintenant, vous savez.

Débâcle technologique et financière infinie?

Terminator head

Terminator head by BlackToe on DeviantArt.com

Cette année, plusieurs instituts financiers et opérateurs de téléphonie mobile on lancé le paiement sans contact (communication en champ proche ou Near Field Communication – NFC) disponible dans les grandes surfaces. C’est ni plus ni moins une petite évolution du paiement par carte avec un risque supplémentaire de se faire pirater de l’argent et des données personnelles. De là, au caddie qui scanne lui-même les articles qu’on y dépose pour finir par nous débiter le montant total de notre compte bancaire en passant le portique de sortie de notre hypermarché préféré sans devoir saluer une caissière ou un caissier, il n’y a plus qu’un pas.

Il s’agit d’une évolution qui s’inscrit dans la suite logique de l’industrialisation, puis de l’informatisation de notre environnement. Tout comme les ordinateurs, les smartphones, les tablettes et divers gadgets interconnectés et communicants en permanence, elle ne fait qu’amenuiser notre sphère privée déjà très entamée, sans parler de l’explosion exponentielle des rayons non ionisants qui en découle.

Oui, la révolution industrielle nous a apporté quelques bénéfices avec la richesse matérielle et la fin des travaux physiques exténuants. Cependant, la liste des avantages s’arrête ici. En produisant en masse et à grande échelle avec des machines, nous nous sommes créés le pire fléau de notre histoire, j’ai nommé l’accélération du temps.

Nous générons ainsi à la vitesse grand “v” une pléthore de produits, de concepts et de systèmes qui deviennent obsolètes tout aussi rapidement sans qu’aucun scientifique ou ingénieur n’ait écouté la voix de la sagesse qui voudrait que l’on analyse consciencieusement les conséquences sociales, environnementales et de santé publique de chacune de ces inventions avant d’en inonder le marché pour s’enrichir au plus vite.

Revenons à nos caissières et nos caissiers de supermarché et à leur qualité de vie.
Qu’adviendra-t-il d’eux quand leur travail sera automatisé?
Qu’adviendra-t-il de la mère de famille pour qui ce job permettait de nouer les deux bouts à la fin du mois?
Qu’adviendra-t-il de l’étudiante qui finançait son université sans devoir quémander une bourse?
Qu’adviendra-t-il des autres employées et employés pratiquant un travail simple ne nécessitant aucun diplôme et facilement automatisable?
Combien de personnes se retrouveront au chômage, parce que le système économique les exclut du jeu?

Qui a calculé la facture globale des conséquences de cette technologisation qui profite essentiellement aux grands groupes et qui fait fi des laissés pour compte?
Qui paiera la facture de cette débâcle technologique et financière infinie?

Vous avez peut-être un jour ou l’autre vu un film catastrophe qui mettait en scène un monde futuriste dominé par des robots dirigés par un groupuscule d’élites dans lequel l’humain n’avait plus sa place; eh bien il est urgent de se réveiller, car nos choix à priori anodins que nous faisons quotidiennement vont déterminer si notre réalité à venir rejoindra cette fiction de notre passé!

Combien de temps allons-nous soutenir et suivre ce système qui va jusqu’à détruire ses contributeurs?